Les chants du Ghetto - Patrimoine de la musique traditionnelle du monde

Les chants du Ghetto - Patrimoine de la musique traditionnelle du monde

Les chants du Ghetto - Patrimoine de la musique traditionnelle du monde

La collection "Patrimoine de la musique traditionnelle du monde" vous permet de découvrir des oeuvres rares et authentiques, issues des continents du monde entier.

Sara Gorby (Gorbevitsh de son vrai nom) est née au tournant du siècle à Kishinev, une ville qui appartenait alors à la Russie tsariste. Elle est issue d'une famille principalement russophone de marchands originaires de Pologne. A l'âge de 17 ans, elle part étudier la musique à Jassy (Roumanie), et s'y marie avec Joseph Goldstein, un éditeur de journaux beaucoup plus âgé qu'elle.
Après un passage par Rome, elle s'installe avec son mari à Paris dans les années 1920, et s'y produit régulièrement en tant que chanteuse sous le nom de Sarah Goldstein (son nom d'épouse). Dans les années 30, Sarah Gorby part régulièrement en tournée en Amérique latine, puis aux Etats-Unis, à partir de décembre 1935.
En 1940, elle s'enfuie à Haïti avec son mari. Elle y poursuit sa carrière de chanteuse et se produit à plusieurs reprises aux Etats-Unis entre 1944 et 1947, avant de retourner en Europe en 1948, pour une tournée de concerts de chansons yiddish dans les camps de personnes déplacées.
Sarah Gorby revient à Paris en 1949, année pendant laquelle elle enregistre quelques titres pour le label Elesdisc. Son mari, Joseph Goldstein étant décédé à Haïti en 1950, elle s'installe définitivement à Paris. Et même si elle passe plusieurs mois par an à l'étranger (Amérique du Sud, Afrique du Sud, Israël), la ville-lumière restera son centre de gravité jusqu'à sa mort en 1980.
Prix réduit !

12,94 €

-50%

6,47 €

Ajouter au panier

En achetant ce produit vous pouvez gagner jusqu'à 6 points de fidélité. Votre panier totalisera 6 points pouvant être transformé(s) en un bon de réduction de 1,20 €.

En savoir plus

Titres

1. S'brent, Bridelech (Notre village brûle);
2. A Idish Kind fun Poilen (Un enfant de Pologne);
3. Moide ani (Je te l'avoue, Seigneur !);
4. Dain Mame kimt nit zurik (Ta mère ne reviendra plus);
5. Mach she daine Eigalech (Ferme les yeux);
6. Tzien sich machnes Fartribene (Marche vers la mort);
7. Geien sei in shvarze Raien (Berceuse tragique);
8. Rifkale (Extermination des hommes du Ghetto de Bialostock un samedi soir);
9. Dos Ingele ligt farbrent (L'enfant brûlé gît là) - D'après la prophétie biblique;
10. Und der Krig iz geendigt (La guerre est finie);
11. Kinderlech (Mes petits enfants);
12. Sugt nisht az di Geist dem letzten Weig (Chant des Partisans)

Informations complémentaires

Résumé

0

(0 Avis des clients)

Sélectionnez une ligne ci-dessous pour filtrer les avis.

  • 5
    (0)
  • 4
    (0)
  • 3
    (0)
  • 2
    (0)
  • 1
    (0)

Ecrire un Avis

Donnez votre avis

Les chants du Ghetto - Patrimoine de la musique traditionnelle du monde

Les chants du Ghetto - Patrimoine de la musique traditionnelle du monde

La collection "Patrimoine de la musique traditionnelle du monde" vous permet de découvrir des oeuvres rares et authentiques, issues des continents du monde entier.

Sara Gorby (Gorbevitsh de son vrai nom) est née au tournant du siècle à Kishinev, une ville qui appartenait alors à la Russie tsariste. Elle est issue d'une famille principalement russophone de marchands originaires de Pologne. A l'âge de 17 ans, elle part étudier la musique à Jassy (Roumanie), et s'y marie avec Joseph Goldstein, un éditeur de journaux beaucoup plus âgé qu'elle.
Après un passage par Rome, elle s'installe avec son mari à Paris dans les années 1920, et s'y produit régulièrement en tant que chanteuse sous le nom de Sarah Goldstein (son nom d'épouse). Dans les années 30, Sarah Gorby part régulièrement en tournée en Amérique latine, puis aux Etats-Unis, à partir de décembre 1935.
En 1940, elle s'enfuie à Haïti avec son mari. Elle y poursuit sa carrière de chanteuse et se produit à plusieurs reprises aux Etats-Unis entre 1944 et 1947, avant de retourner en Europe en 1948, pour une tournée de concerts de chansons yiddish dans les camps de personnes déplacées.
Sarah Gorby revient à Paris en 1949, année pendant laquelle elle enregistre quelques titres pour le label Elesdisc. Son mari, Joseph Goldstein étant décédé à Haïti en 1950, elle s'installe définitivement à Paris. Et même si elle passe plusieurs mois par an à l'étranger (Amérique du Sud, Afrique du Sud, Israël), la ville-lumière restera son centre de gravité jusqu'à sa mort en 1980.

Oui Non

30 autres produits dans la même catégorie :

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...