Trésors du cinéma russe (Les) - Le repentir

Trésors du cinéma russe (Les) - Le repentir

Trésors du cinéma russe (Les) - Le repentir

Le film se déroule dans un petit village géorgien. Après l'enterrement du maire de la ville, Varlam Aravidze, sa tombe est régulièrement profanée et son cadavre déterré. La coupable, traînée devant la justice pour un procès grotesque, se défend en racontant le règne tyrannique de Varlam à travers ses souvenirs de petite fille. L'audience est alors replongée dans la lutte entre deux familles, le clan d'Aravidze d'une part, la famille de l'artiste dissident Baratelli d'autre part. Un triomphe en Union soviétique et le grand prix spécial du jury de Cannes 1987, Le Repentir achève une trilogie entamée par Tenguiz Abouladze avec L'Incantation (1968) et L'Arbre du désir (1977). Le film, réalisé sous Léonid Brejnev, a longtemps été interdit de projection ; il faut attendre 1987 pour le voir sur les écrans. En effet, on peut voir dans Le Repentir une critique du totalitarisme stalinien : en témoigne le personnage de Varlam Aravidze, ayant la moustache d'Adolf Hitler, le visage et la chemise noire de Benito Mussolini et le reflet dans les lunettes propre à Lavrenti Beria. Son côté grotesque et arbitraire est accentué par la bêtise et l'anachronisme de ses hommes de main, représentés tantôt par un conseiller aussi stupide qu'extrémiste, tantôt par des larbins bouffons, tantôt par des chevaliers en armure noire.
Reduced price!

9,95 €

-50%

4,97 €

Add to cart

By buying this product you can collect up to 4 loyalty points. Your cart will total 4 points that can be converted into a voucher of 0,80 €.

More info

Bonus

Documentaire, Filmographies, Galerie photos

Data sheet

Summary

0

(0 Reviews)

Select a row below to filter reviews.

  • 5
    (0)
  • 4
    (0)
  • 3
    (0)
  • 2
    (0)
  • 1
    (0)

Write a review

Write your review

Trésors du cinéma russe (Les) - Le repentir

Trésors du cinéma russe (Les) - Le repentir

Le film se déroule dans un petit village géorgien. Après l'enterrement du maire de la ville, Varlam Aravidze, sa tombe est régulièrement profanée et son cadavre déterré. La coupable, traînée devant la justice pour un procès grotesque, se défend en racontant le règne tyrannique de Varlam à travers ses souvenirs de petite fille. L'audience est alors replongée dans la lutte entre deux familles, le clan d'Aravidze d'une part, la famille de l'artiste dissident Baratelli d'autre part. Un triomphe en Union soviétique et le grand prix spécial du jury de Cannes 1987, Le Repentir achève une trilogie entamée par Tenguiz Abouladze avec L'Incantation (1968) et L'Arbre du désir (1977). Le film, réalisé sous Léonid Brejnev, a longtemps été interdit de projection ; il faut attendre 1987 pour le voir sur les écrans. En effet, on peut voir dans Le Repentir une critique du totalitarisme stalinien : en témoigne le personnage de Varlam Aravidze, ayant la moustache d'Adolf Hitler, le visage et la chemise noire de Benito Mussolini et le reflet dans les lunettes propre à Lavrenti Beria. Son côté grotesque et arbitraire est accentué par la bêtise et l'anachronisme de ses hommes de main, représentés tantôt par un conseiller aussi stupide qu'extrémiste, tantôt par des larbins bouffons, tantôt par des chevaliers en armure noire.

Yes No

30 other products in the same category: